Découvrir le château des Salles, c’est cheminer
à travers l'histoire de la Provence.

        Le domaine actuel, formé de la bastide, de la chapelle, du parc et des terres agricoles, fut constitué progressivement. Le nom de Salles provient du latin sala qui signifie « résidence ». A travers l’histoire, ce domaine a été la résidence principale ou secondaire de prieurs, de nobles et de bourgeois. Le quartier a été habité de longue date comme en atteste la présence du dolmen de la Pierre de la Fée, daté d’environ 2.500 av. J.-C., situé à proximité de l’entrée du domaine des Salles. La bonne localisation des Salles, entre la côte Méditerranéenne et l’arrière-pays provençal, a également favorisé son développement. Les cartes romaines, élaborées sous l’empereur Auguste, montrent l’existence d’une voie romaine menant de la commune de Riez, dans les Alpes de Haute-Provence, à la Via Aurelia reliant la ville de Rome à l’axe du Rhône. Selon certains historiens, les Salles auraient été une mutatio, c’est-à-dire une halte permettant aux agents de la poste impériale romaine de changer de monture et d’abreuver leurs chevaux.
        Au Moyen-Âge, les terres du domaine des Salles ont ensuite été mises en valeur par les moines établis au monastère de Saint- Hermentaire de Draguignan, bâti au Ve siècle par l’abbaye de Lérins. A partir du XIe siècle, le domaine des Salles fut exploité par les prieurs de l’Abbaye de Saint-Pons de Nice qui y bâtirent une chapelle rurale de style roman, appelée Notre-Dame des Salles. La constitution d’un canal pour l’irrigation des parcelles a permis de faire des Salles un domaine agricole.
         A l’époque moderne, la famille Rasque de Laval acheta une grande partie du domaine des Salles et engagea la construction d’une bastide provençale, probablement dès le XVIe siècle. L’ensemble fut embelli par François-Marie de Rasque de Laval, Premier Consul, maire de Draguignan au moment de la Révolution. Ce dernier choisit d’ailleurs d’être enterré à la chapelle de Notre-Dame des Salles. Par alliance et par succession, la propriété des Salles devait passer ensuite de propriétaires en propriétaires. A chaque famille, son siècle : la famille Truc de la Valère au XIXe siècle, la famille Cantilhion de Lacouture au XXe siècle et la famille Rhodius au XXIe siècle.

Suivez-nous